Certains d’entres vous on peut être déjà entendu parlé du documentaire Netflix “Dans la roue de l’équipe Movistar”. Une mini-série inédite qui a été mise en ligne au mois de mars 2020.
En quelques mots, l’équipe de cyclisme Movistar a été filmée durant 8 mois lors la saison 2019 de cyclisme. On y découvre les membres du staff ainsi que les différents athlètes qui complètent l’équipe. Grâce à la série d’épisodes qui font entre 22 minutes et 40 minutes, on revient sur certaines étapes, et comment les cyclistes ont abordé certaines difficultés et certaines victoires. On ne parle pas seulement du Tour de France, mais de toutes les courses importantes de l’année.

Je profite de cette période de confinement pour me projeter moi-même dans ce documentaire Netflix. Et dans cet article je vais vous présenter cette série, épisode par épisode sans spoilé car ce n’est pas bien. Je suis certains que l’on peut découvrir bien plus sur le cyclisme et l’envers du décor.
Alors est-ce que “Dans la roue de l’équipe Movistar” est un documentaire qui va me donner envie d’aller plus loin en cyclisme ? Réponse lors du dernier épisode.

Les yeux rivés sur la victoire, l’équipe de cyclistes professionnels Movistar entame un parcours semé de défis, de scandales et de conflits internes.

Épisode 1 : présentation de Movistar et des cyclistes

Ce premier épisode nous plonge directement dans l’équipe de vélo Movistar. Quelques membres de l’équipe sont présentés. Parmi eux ont peut citer Valverde, qui revient avec philosophie sur sa position de champion du monde en 2019. Une position qui fait rêver tous les athlètes, qui donne envie, et qui pourtant n’est pas idéale. Entre poids sur les épaules et nouvelles cibles pour les concurrents, on ressent vraiment une atmosphère étrange et palpable.

Focus sur Nairo Quitana. Depuis sa Colombie natale où il remporte une victoire magnifique, “Fais-le pour toi, pour ta famille. Pour la Colombie” lui crie son directeur sportif. Grâce à ce passage, on est vraiment à l’intérieur de l’équipe. On peut savoir ce qu’ils ressentent. C’est une vision que j’aime dans ce genre de documentaire sportif.

Enfin, on pourra admirer Mikel Landa et Richard Carapaz sur le Giro d’Italie. Où là on peut voir que les favoris ne sont pas toujours au rendez-vous. Cela pour plusieurs raisons, ici le manque d’expérience sur la route ou sur l’épreuve peut se faire ressentir. À l’inverse, d’autres peuvent profiter d’une bonne forme pour commencer à briller.

Personnellement ce que je retiens de ce premier épisode, c’est le fait de voir un grand champion comme Valverde, avoir le poids du maillot du champion du monde sur les épaules. Et surtout le fait de voir les cyclistes souffrir dans des segments difficiles. Oui ce sont des pros, mais eux aussi ont des moments difficiles. Et d’une certaine manière, c’est rassurant pour un débutant de voir ce genre de passage.

Épisode 2 : le tour d’Italie (Giro)

Les premières images sont celles que j’aime voir dans le sport : l’entraide. Une crevaison, un coéquipier qui se sacrifie de son temps pour donner son propre vélo à un membre de l’équipe. Cela peut avoir un côté injuste pour l’un et opportuniste pour l’autre. Mais en cyclisme c’est vraiment une preuve de cohésion et de sport d’équipe.

Mais dans une équipe tout ne tourne pas toujours comme prévu. En tant que spectateur, on a souvent que les athlètes sous les yeux. Alors qu’une équipe c’est beaucoup plus que ça. On l’apprend d’ailleurs par la suite, où l’on voit que les cyclistes doivent compter sur leurs directeurs sportifs. Et ce à chaque instant. Et qu’une seule erreur, même d’inattention, de la part du directeur sportif, peut avoir des conséquences pour l’athlète. Même indirectement.

“Le plus dur a surement été d’être un espagnol, dans une équipe espagnole”

Mikel Landa

La motivation est également un aspect essentiel qui est décrit dans cet épisode. Quand toute une équipe dans son intégralité est derrière les cyclistes, ça donne des instants exceptionnels.

Maillot Champion du monde Valverde Movistar 2019

Épisode 3 : les détails et la célébration

Cet épisode commence fort. On est toujours sur le Tour d’Italie en 2019. Le documentaire est toujours tourné sur 2 cyclistes très forts : Richard Carapaz et Mikel Landa. Deux athlètes qui poussent l’équipe Movistar vers le haut du classement général. Deux cyclistes qui sont très forts, qui vont vite, mais qui sont également leaders et adversaires sur la route. La première partie de l’épisode nous le fait comprendre lorsque l’un d’eux arrive à décrocher une victoire d’étape, grâce notamment à une forme au-dessus du lot, et probablement à un dernier réglage mécanique.

C’est d’ailleurs ce point qui m’intéresse le plus ici. Outre le fait qu’un cycliste soit en meilleur forme que les autres sur une course, c’est l’aspect mécanique qui peut faire la différence. Ici, Carapaz demande à son mécanicien, la veille de la course, s’il peut lui changer son plateau pour un de 36. Car il sait que cette modification peut faire la différence sur l’étape suivante. Et je trouve que le fait qu’un cycliste qui a toute une équipe dédiée à la mécanique, prenne ce genre d’initiative est réellement impliqué dans son sport. Bien entendu tous les cyclistes sont être comme ça. Mais ce n’est pas forcément quelque chose que l’on voit lorsque l’on regarde les courses à la télévision.

Cette ambiance dans les coulisses est vraiment exceptionnelle. Et cet épisode nous fait vivre des émotions à travers l’écran, qui sont très grandes et très fortes.

Épisode 4 : le Tour de France

On commence cet épisode par un avant-goût du Tour de France. Un extrait que j’ai trouvé intéressant est l’avant-tour. On peut y voir Nairo Quintana, allez à Pau pour faire une reconnaissance de la route avant l’épreuve. C’est intéressant de voir comment se déroule ce type de reconnaissance entre l’athlète et l’équipe qui le suit.

Un autre extrait que j’ai trouvé tout aussi intéressant, mais pas dans le même sens, c’est le poids que les journalistes et autres personnes qui suivent de très près ce genre d’événement. En effet, on voit que les cyclistes ont ce poids qui est celui des médias. Dès qu’un cycliste fait une chute, une faute ou autre, alors les médias en parlent et dramatisent. En tant que spectateur on voit l’information et on passe à autre chose. Mais sur les athlètes c’est très lourd, surtout moralement. On voit d’ailleurs à un moment Quintana blessé, qui s’entraîne sur son home-trainer, entouré d’une dizaine de personnes avec des micros, etc. Et Quitana est obligé d’intervenir entre les différents commentaires pour éviter que cela n’empire “Ne dramatisez pas, je vais bien. À votre manière d’en parler, vous allez faire pleurer tout le monde”.

“Ne dramatisez pas, je vais bien. A votre manière d’en parler, vous allez faire pleurer tout le monde”

Nairo Quintana

On poursuit cet épisode avec une des meilleures étapes que j’ai eu l’occasion de regarder : le Tourmalet. Ce jour-là c’est Thibaut Pinot qui avait brillé. Mais dans ce documentaire on peut voir qu’un gros travail avait été fait par l’équipe Movistar. Elle imposait son rythme, il y avait de très bon relais un travail d’équipe monumental.

Épisode 5 : savoir rebondir

Le début de ce cinquième épisode est un peu bizarre. Depuis le début du documentaire “Dans la roue de l’équipe Movistar” on nous dévoile un climat très tendu au sein de l’équipe, entre divers cyclistes. Ici dans le tour de France, on voit qu’il y a une vraie dualité entre Mikel Landa et Nairo Quintana. Les 2 cyclistes se mettent en avant comme étant leader, et bien évidemment il y a des tensions. Si l’un lâche, l’autre prendre le dessus, etc. Dans cet épisode c’est flagrant et surtout c’est mis en avant, bien plus qu’avant.

L’ambiance est tellement tendue, que même dans la victoire on voit qu’il n’y a pas trop de joie et que le temps n’est pas à la célébration pour l’équipe. À l’inverse, on voit également que malgré ce climat, la victoire est possible.

La suite n’est pas si réjouissante également. Je ne rentre pas dans les détails pour ne pas trop en dévoiler. Mais je peux rapporter le fait que dans un sport d’équipe, comme le vélo sur un tour, est primordial. Et l’équipe Movistrar nous prouve réellement qu’il y a eu quelques erreurs qui ont fait que les athlètes sont passés à côté du podium solo du Tour de France. Malgrés le fait qu’ils gagnent tout de même en équipe. Et que même après ces épreuves, d’autres erreurs arrivent. Encore une fois il se peut que le manque de communication nuisse énormément à une équipe et aux victoires.

Épisode 6 : la Vuelta et la fin de la série

Le précédent épisode s’était conclu sur le début de la Vuelta, le tour d’Espagne. On reprend donc ce tour lors du dernier épisode de ce documentaire Netflix.

Les tensions sont toujours présentes au sein de l’équipe Movistar. Cela prend différentes formes, mais au final il y a toujours des incompréhensions, et surtout des caractères très forts. Ce qu’on nous apprend surtout dans cette première partie, c’est que les décisions de l’équipe entière, des directeurs sportifs sont au-dessus des décisions individuelles. Et que pour un cycliste, cela peut parfois se montrer injuste. On en a la preuve avec Marc Soler sur l’une des étapes de la Vuelta.

Soudainement on ressent un revirement de situation ! On voit (ou alors c’est volontairement filmé de la sorte) que la cohésion au sein de l’équipe est à nouveau présente. La stratégie est de nouveau respectée par tous les cyclistes. Et on voit que toute l’équipe doit courir pour le favori du tour de la Vuelta : Nairo Quintana.
S’en suivent des performances admiratives, mais également de nouvelles polémiques. Notamment au moment ou des cyclistes chutent au sein du peloton, et que l’équipe Movistar (les directeurs) décide d’accélérer pour gagner de l’écart. Cela a fait couler beaucoup d’encre au moment de cette course. Et le documentaire prend plutôt une forme d’excuses ou d’explications pour le public.

On termine cet épisode avec la fin de la Vuelta. Et il y a ensuite le moment pour Quintana de partir de l’équipe Movistar. Ce moment est filmé avec beaucoup d’émotions, bien plus que ce qui avait été filmé auparavant sur Quintana. Puis on arrive sur une conclusion de l’équipe avec également le départ soudain de Richard Carapaz. Et là encore on voit qu’il y a des tensions et une forme de dégoût de la part de certains membres de l’équipe de directions.

Équipe Movistar directeur sportif

Conclusion sur “Dans la roue de l’équipe Movistar”

Je ne vais pas cacher le fait que j’ai adoré regarder ce documentaire. N’ayant pas pour habitude de regarder beaucoup de documentaire, encore moins sur le cyclisme, j’ai été vraiment surpris. “Dans la roue de l’équipe Movistar” est très bien réalisé, avec une bonne mise en scène, et une merveilleuse immersion au sein de l’équipe. Le fait de voir les athlètes discuter de l’avant ou de l’après-course est très intéressant. L’immersion se fait jusque dans leurs pays d’origines ou au cours d’une séance de massage. Il y a de la diversité au sein des épisodes, ce qui donne une bonne dynamique.

Bien évidemment, on peut se poser la question sur le fait que ce documentaire aurait pu être tourné pour fournir des excuses ou des explications sur la saison 2019 de cette équipe. Dans le but de répondre à certaines critiques probablement. Ou sur le fait d’expliquer pourquoi certains cyclistes décident de partir de l’équipe. Quoiqu’il est soit, pour un spectateur amateur de cyclisme, cela, n’enlèves-en rien au plaisir de regarder ces 6 épisodes.

Personnellement j’ai binge-watcher ces épisodes. J’étais vraiment à fond dans cette immersion et ça m’a boosté pendant cette période de confinement. Même si j’ai ressenti une certaine frustration à ne pas pouvoir sortir, je dois dire que je me projette dans le début de saison en vélo. J’ai vraiment hâte d’aller rouler, de profiter des paysages et bien évidemment de regarder les prochains grands tours. Je garderais même un oeil sur certains cyclistes, même s’ils ne sont plus dans l’équipe pour cette année.

Axel
Hello ! Je suis Axel, responsable et propriétaire du blog Captain Running. Je suis un fan de sport et particulièrement de course à pied. Mais j'adore également les nouvelles technologies. Merci de venir lire les articles de mon blog, si vous avez des questions n'hésitez pas à me contacter via les réseaux sociaux. Bon run à tous :D
Recent Posts

Leave a Comment

Contactez-moi

Une question ? Un commentaire ? Envie de juste discuter avec moi ? Aucun problème, je répondrais dès que possible :)

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search